EN FR

Optimisez vos transactions en capital

Coût

Actualités

1
oct.
e-marché public
L'arrêté du 12 avril 2018 relatif à la signature électronique dans la commande publique qui en définir le cadre juridique, entre en vigueur le 1er octobre 2018. Une signature électronique a la même valeur juridique qu'une signature manuscrite. Elle doit répondre à un protocole technique spécifique pour avoir force probante (articles 1366 et 1367 du Code civil). Le décret n° 2017-1416 du 28 septembre 2017 relatif à la signature électronique, pris pour l'application de l'article 1367 précité, dispose que : « La fiabilité d'un procédé de signature électronique est présumée, jusqu'à preuve du contraire, lorsque ce procédé met en œuvre une signature électronique qualifiée. Est une signature électronique qualifiée une signature électronique avancée, conforme à l'article 26 [du règlement européen dit “ eIDAS ” du 23 juillet 2014 (1)] et créée à l'aide d'un dispositif de création de signature électronique qualifié répondant aux exigences de l'article 29 dudit règlement, qui repose sur un certificat qualifié de signature électronique répondant aux exigences de l'article 28 de ce règlement ». Pour signer électroniquement, le candidat (ou le mandataire en cas de groupement) doit avoir un certificat électronique et l'application logicielle qui s'y rattache. Cette dernière est souvent proposée par les profils d'acheteurs. La signature électronique peut, par ailleurs, être apposée au moyen d'un parapheur électronique (article 7 de l'arrêté du 12 avril 2018). La signature électronique n'est pas obligatoire conformément à l'article 102 du décret n° 2016-360 du 25 mars 2016 relatif aux marchés publics, mais elle est fortement recommandée. Lorsque le marché public est signé électroniquement, il doit l'être selon les modalités fixées par l'arrêté du 12 avril 2018 précité. En raison du passage à cette même date au « zéro papier » pour la remise d'offres dès 25 000 € HT, il convient, pour les entreprises et pour les acheteurs, de se doter d'une signature électronique. S'agissant des marchés d'un montant inférieur à ce seuil, il est préférable dans un premier temps que les acheteurs laissent le choix aux entreprises de signer à la main ou électroniquement, pour ne pas aboutir à une raréfaction brutale des réponses. Les documents à signer sont ceux énumérés par l'acheteur comme pour une signature papier. Lorsque la signature électronique est requise, l'arrêté du 12 avril prescrit aux acheteurs et aux entreprises de se doter, au moins, d'une signature électronique avancée basée sur un certificat qualifié et conforme au règlement eIDAS (article 2), ainsi que du dispositif de création de signatures électroniques « de [leur] choix » (article 4)

Partenaires

Arkhinéo
Finance Innovation
Keynectis
CertEurope

Retrouvez-nous sur

Linkedin Twitter

Les opérations d’investissement en capital sont soumises à deux types de coûts :

1. Les coûts de transaction (c.-à-d. organisation de data room, honoraires d'avocat/conseils pour l'organisation et la réalisation du closing, formalités d'enregistrement et de publication, frais divers) qui s'élèvent, en moyenne, entre 4.500 et 10.000 euros. Or, “pour [l]es petits tickets les coûts de transaction, c'est-à-dire la prospection, l'étude du dossier et la gestion, sont dissuasifs” (Rapport parlementaire sur le financement des PME du 24 mars 2009). Le service de data room et closing permet de proposer une réduction de 70% par rapport à la fourchette basse des frais habituellement observés pour des transactions similaires :

Coût du financement en capital

* Honoraires versés essentiellement aux avocats et comptables pour la préparation et la revue des documents de closing ainsi que leur présence audit closing.

** Frais de déplacement, de location de salle...

Afin de répartir uniformément ces coûts sur la durée habituelle de transaction, Eclosing PME propose son service de data room, de négociation et de closing sous forme d'un abonnement payable mensuellement (240 € HT) pour une période initiale de 9 mois. Cet abonnement inclut un accès à la data room électronique d'Eclosing PME, à la plateforme de négociation et de validation en ligne des actes, à la signature électronique des actes (5 certificats de signature valables pendant une durée de 12 mois et permettant de signer un nombre illimité de documents) et au service de messagerie privée et sécurisée.

2. Les coûts rédactionnels et d'audit (c.-à-d. honoraires d'avocat pour la rédaction et la revue des actes, audits juridique et comptable) qui s'élèvent habituellement entre 2,5 et 5% du montant de la transaction. A cet égard, le service de conseil juridique et comptable permet aux utilisateurs d'obtenir, sans frais de courtage supplémentaires, une prestation réalisée par un spécialiste qualifié (avocat ou expert-comptable) à des tarifs préalablement négociés et dont le paiement peut s'effectuer en ligne.

Eclosing | Espace presse | Contact | Mentions Légales | Créé par LMC | Webdesign Mac Luhan's | Eclosing PME | Eclosing pro | Econtrat
X